Nouvelle bataille pour Impetus, avec les vainqueurs de la dernière fois contre les Spartiates.

Les spartiates sont les défenseurs et choisissent le terrain, comme d habitude, de grandes zones de terrains impraticable sont posées sur la table, les romains en retirent deux mais ça laisse peut de place pour évoluer.

rome versus sparte impetus 1Le plan spartiate, c est de bousculer le plus rapidement la ligne romaine en profitant de l effet de profondeur de la ligne d hoplites, les décors limitant le surnombre romain

Le général romain, va usé les spartiates avec les Velites puis les obliger à venir plus profondément ou la cavalerie va les prendre de flanc.

Le premier tour se passe comme les deux camp l avait prévu les velites harcèlent les spartiates mais sans plus, ceux ci double leur avance par un mouvement rapide.

un début basic

A partir du tour 2, la bataille prend déjà une tournure différentes car le général spartiate se lance dans une charge frénétique ou après trois mouvement de suite il vient au contact des lanciers romains. La cavalerie romaine n est pas encore en position prise de vitesse par les diables lacédémoniens.

la charge spartiateLa charge spartiate porte ses fruits, et si un tour plus tard la cavalerie romaine vient prendre de flanc cette unité, elle sera repoussé deux fois le temps que le ligne de bataille romaine cède.

La deuxième unité spartiate a du mal à se défaire des Hastati et un jet de pilum va ruiner une belle attaque. L unité du général spartiate pousse tellement qu'une unité de velites sort de la table, les Peltastes viennent combler le trou derrière le général et prennent de flanc la cavalerie qui si elle ne s effondre pas, reste t elle au bord de la destruction.

l aile gauche romaine briséeLe général spartiate continue sa marche mortifère et c est la fin les romains craquent complètement

la victoire SpartiateVictoire Spartiate 15 à 6.

Coté droit romain c était plus équilibré, les deux unités en profondeurs des hoplites étaient sur le point de craqué.

Les romains ont raté leurs deux charges de flanc avec la cavalerie ( une touche sur deux attaques, et au final zéro blessures sauf une par accumulation de désordre ), le plan n étaient pas mauvais car si la première unité d hoplites avait cédée le reste cassait à la suite.

Une partie plus équilibrée qu'il n'y parait au score, avec deux jets de dés fatidiques qui scellent le destin de la partie.

Chien Sauvage